30/10/2020 – RéSolutions Hebdo

RéSolutions Hebdo du 30/10/2020, sélection d’articles couvrant les domaines d’expertises de RéSolutions.

Vous pouvez accédez à la synthèse des articles qui vous est proposée après le sommaire et au texte intégral des articles  en cliquant sur le nom de leurs auteurs.
La version française des articles en anglais est accessible par le lien présent à droite du titre de l’article concerné.

Si vous le souhaitez vous pouvez également accéder à ce numéro au format PDF

RéSolutions Hebdo du 8 mai 2020. PDF

Au sommaire cette semaine

Entreprendre

1. The 4 strategy skills for success.
2. Innover pour qui ? Et pour quoi ?
3. There’s still time to become who you were meant to be.
4. CEOs should be Chief Enablement Officers.

Transformer

5. Le management par l’intention –  Défi n°4 : Etre symétrique … et aligné.
6. Le design au service d’une transformation concrète des entreprises.
7. Méthode en 9 points pour favoriser les initiatives internes … même dans un grand groupe.

Progresser

8. Everyone a change manager.
9. Trois bonnes raisons d’oser l’imperfection.
10. L’émotion, un moteur à bien régler au travail.

Synthèse des articles

1. The 4 strategy skills for success.
(Ruby Yeats, 02/20/2019)

The strategists job market has grown 2.8% compared with the same period last year!

Four key strategy skills which are most in demand on the market:

  1. Customer experience, marketing and consumer trends. Candidates who have worked in technical customer experience projectt, including customer journey mapping, market segmentation, have the pick of the crop when it comes to strategy roles in these consumer focused industries. Strategic marketing is also a hot topic, particularly in the digital space, as organisations continue to compete online for customer’s attention.
  2. Stakeholder engagement A no-brainer, really; to be effective in a strategy function, you need to manage stakeholders with ease, charm, and gravitas! This can be one of the most challenging obstacles when moving from an external consulting role, because being embedded in a corporate role is a whole different kettle of stakeholder fish.
  3. Data analytics Technical data science and stratégy are generaly tow separated departments. However, over the course of the last quarter the two functions converge.
    The most in-demand professionals in this space are those who can act as ‘translators’ – that is, understand the complex visualisation tools and mountains of customer data, and turn these into actionable insights and commercial advice for the business.
  4. M&A and corporate development. Across industrial and infrastructure businesses, corporate development and M&A initiatives are intrinsically wrapped up in the strategy function – so candidates who can work across both areas are in high demand!

    2. Innover pour qui ? Et pour quoi ?
    (Romain Marcel, 15/01/2020)

    La course à l’innovation n’est pas forcément la course à la qualité.

    La qualité tient à la fiabilité du produit ou du service, mais aussi et avant tout à l’expérience proposée au client. Or, celle-ci repose sur trois socles majeurs : la simplicité de l’usage, le bénéfice réel pour l’utilisateur et la personnalisation. Dans un contexte d’hyperconcurrence marquée, les entreprises doivent considérer l’expérience comme leur sacro-saint Graal, sans quoi elles ne peuvent prétendre innover durablement.

    Du produit vers l’expérience : le client au centre de l’organisation.

    Bon nombre des entreprises ont trop longtemps considéré qu’il était possible de répartir leurs consommateurs en segments grossiers, voire d’adresser à tous un seul et même discours. En bref, elles ont tardé à se poser la seule question qui vaille : qu’attendent mes clients ?

    Les entreprises qui réussissent aujourd’hui le mieux ont organisé leur structure à partir de l’utilisateur final et ont pour principale priorité de répondre à ses attentes, — voire de les anticiper. C’est le cas d’un Amazon ou d’un Netflix, mais aussi d’un Décathlon, qui co-crée les pratiques sportives de demain avec sa communauté.

    La singularité en commun. Aujourd’hui pour le consommateur, la qualité c’est l’expérience. Il importe pour l’entreprise d’entretenir avec ses parties prenantes une relation qualitative… et individualisée !

    C’est là que la transformation digitale entre en jeu : la personnalisation de masse n’étant pas possible sans outils conçus pour s’adapter à des demandes protéiformes et améliorer la gestion des processus qualité tout au long de la chaîne de production.

    3. There’s still time to become who you were meant to be.
    (Jo Procopio, 12/23/2019)

    Entrepreneurship is one way to get there.

    No matter what you do, where you do it, or who you do it for, you still have the time, the talent, and the resources to become exactly who you were meant to be.

    Don’t let failure change your path. Overcome it by doing whatever your heart tells you to do next. There is no one sacred path to success. the best entrepreneurs have one of two things in common, may be both:

    1.They spent an entire career doing something they loved at first, but always felt handcuffed by whatever it was that made them go out on their own.

    2. They failed, at least once.

    It doesn’t matter what you do next, as long as  you believe it’s the right thing for you to do.

    Start down your path right now. Figure out what you want to do and start doing it. What you think you want to do will change a dozen times before you get too far, but it’ll never materialize if you don’t get started.
    Time is not running out.
    Entrepreneurship is not a career. Youth is not a requirement. The average age of the first-time entrepreneur is somewhere between 35 and 45, depending on what study you believe.
    It’s just not the right timeThere is never a good time to start a company. But opportunity doesn’t call ahead to see if you’re dressed before it knocks.

    4. CEOs should be Chief Enablement Officers.
    (Stanislav Sheksnia, 01/2020)

    Leadership is about energising people rather than issuing orders.

    The days of the CEO who knows everything, makes every decision are over. Today’s knowledge workers have superior technical skills, and technology has made information accessible to all. In management, as in other fields, collaboration has long since replaced individual genius as the principal source of creativity.  Trying to apply the old model of determining strategy in the corner office and issuing orders is simply inefficient today.

    From “Commander-in-Chief”, the CEO has become “Chief Enabler of the Organisation”. His or her role is to enable other employees to perform. Enabling leaders believe that their employees do not need parental guidance to make choices, that they are professionals, better than anybody else – including the CEO – at what they do, want to do a good job and continue learning. Such employees don’t need to be directed, just helped to perform at their best. Like professional athletes, they do not need their goals and the ways to achieve them to be developed by a more senior person. They simply need assistance in mastering their own practices and achieving goals through the creation of a productive environment and emotional support.

    Some specific practices allow it:

    Reducing uncertainty.

    Encouraging collaboration and removing organisational barriers.

    Creating productive employees’ autonomy.

    Supporting but challenging.

    Educating.

    Staying in touch with the business and the outside world.

    Role modelling.

5. Le management par l’intention –  Défi n°4 : Etre symétrique … et aligné.
(Nathalie Ruchaud, 12/02/2019)

Manager par l’intention, c’est faire que l’action des collaborateurs soit guidée non pas par l’habitude, mais par une intention consciente et positive. L’intention se développe par contagion et par induction ; symétrie et alignement sont deux conditions pour la nourrir au quotidien.

La symétrie tout d’abord.  Ce que l’on vit au quotidien influence fortement ce que nous faisons vivre à nos interlocuteurs ; comment peut-on avoir sincèrement envie de prendre soin du client quand on a l’impression que dans l’entreprise, personne ne s’inquiète de notre propre bien-être ?

Porter au quotidien, dans sa relation avec chaque collaborateur les mêmes intentions que celles que l’on souhaite développer dans la relation avec ses parties-prenantes et donner des signes tangibles de ces intentions, c’est ça être symétrique, et c’est un préalable pour créer les conditions de l’intention…

Ensuite, l’alignement.  L’intention se développe également en fonction des messages implicites que nous transmet notre environnement.

Que dire par exemple d’une entreprise qui prône l’écoute du client et qui ne porterait d’attention qu’à la Durée Moyenne du Traiment et piloterait les équipes sur cette seule dimension ?

6. Le design au service d’une transformation concrète des entreprises.
(Jeremy Lopes, 01/09/2020)

Être capable d’« absorber », et s’imbiber de son environnement, muter en profondeur et répondre aux nouveaux besoins, devient un élément vital des entreprises dramatisé par la crise. Le design centré sur les utilisateurs a beaucoup à nous apprendre. Longtemps cantonné à des actions tactiques, la méthode pourrait bien prendre une dimension plus stratégique pour mener la transformation des entreprises et des marques. 

L’écoute, sens prioritaire du design. Il puise son essence dans l’écoute approfondie des consommateurs pour identifier les zones de tension dans lesquelles les marques sont légitimes pour intervenir. Ethnologues, anthropologues, sociologues… sont ainsi intégrés à la démarche dans une véritable dynamique de recherches pour capter la zone d’action la plus porteuse (offres, services, communication) pour faire la différence.

Sans souplesse dans l’exécution, l’écoute reste une caisse de résonance videArrêtons de vouloir faire du business à partir de ce que l’on a et de ce que l’on sait, pour répondre réellement pour les avoir écoutés et entendus, aux problèmes que rencontrent les consommateurs.

Faire plus avec moins grâce à  l’approche frugale du design. En cette rentrée, les entreprises devront faire face à un paradoxe : innover avec moins. Le design le leur permet en visant juste grâce à son écoute.

La puissance de la collaboration. Au-delà des murs, apprendre à designer ensemble et jusqu’à intégrer les clients. Le collectif a montré sa résilience face à la crise et a consacré les modèles coopératifs .

7. Méthode en 9 points pour favoriser les initiatives internes … même dans un grand groupe.
(Alexia de Bernardy, 9/06/2020)

Présentation par Emmanuelle Rouiller, Chief Transformation Officer chez BNP PARIBAS ERE de la méthodologie mise en œuvre pour favoriser les initiatives internes.

Pour éviter l’usure et encourager à l’initiative, un objectif clair : sortir des projets qui réussissent en peu de temps et avec peu de budget.

  1. Ecouter ceux qui font
    – en libérant les énergies en engageant la communauté managériale à adopter une posture de manager-leader, coach-agile,

– en créant la confiance pour libérer l’initiative et le « J’ai une idée ! »

– en invitant petit à petit à oser par l’animation en  interne des formations, blogs, chartes, universités prospectives, workshops, digibreaks….

2. Définir le temps que chaque porteur de projet sohaite consacrer à son idée.

3. Définir une date de premier livrable à court terme pour le Comex. (en général 6 semaines pour « sortir quelque chose ».

4. Définir une équipe de 5-6 volontaires pour brainstormer autour du porteur de projet en respectant la diversité des profils pour booster la créativité.

5. Animer les brainstormings.

6. Garder les projets confidentiels tant qu’ils ne sont pas complètement débroussaillés.

7. Allouer un budget pour créer un prototype en interneet le présenter au Comex.

8. Ni caresse ni bâton : l’absence d’objectif business libère la créativité.

9. Chaque idée, testée puis validée, vient ensuite nourrir le plan de l’entreprise.  Une fois le proof of concept confirmé par le Comex, le projet est présenté aux acteurs légitimes pour l’intégrer dans le plan d’action long terme

8. Everyone a change manager.
(Naomi Stanford, 02/21/2019)

Changing the story from « change fails » to « everyone a change manager »

One researcher doubts these reports of change failures.  « Do 70 % of all organizational change Initiatives really fail? »  In a well-argued piece, he concludes: « whilst the existence of a popular narrative of 70 per cent organizational-change failure is acknowledged, there is no valid and reliable empirical evidence to support such a narrative. »

If we take that line, we might be able to change our perspective on change.  Suppose we discovered that most people, for the most part were pretty good at change in their daily lives. In fact, they often seek it out – they move house, take a holiday to a different place, try out a new food, get married or divorced, have a baby … and so on.

We should be motivating employees to implement predefined changes and toward creating an environment in which employees can fully actualize their potential as self-initiating change agents.

Change isn’t a succeed or fail event, it is a continuous process of enabling and developing people’s resilience, trust, and belief in their agency that they can handle whatever the situation demands, co-creating the environment which supports this.

Our role as organisation designers is to design the organization in a way that enables continuous adaptation to an ever-evolving environment.

9. Trois bonnes raisons d’oser l’imperfection.
(Juliana Dethune, 8/04/2019)

« Je tiens à mon imperfection comme à ma raison d’être. » Anatole France

Accepter son imperfection, mais aussi celle de ceux qui nous entourent, est à coup sûr une des clés d’une existence heureuse. 

  1. Elle ôte une sacrée pression. Oser l’imperfection, c’est se donner le droit de vivre à son rythme, selon ses convictions et valeurs propres, cesser de se soucier du regard des autres et finalement s’ôter une pression qui nous permettra de profiter bien plus de chaque instant vécu !

« Vivre est la chose la plus rare du monde. La plupart des gens ne font qu’exister. » Oscar Wilde

  1. Elle facilite vos relations aux autres. Vouloir que tout soit parfait, c’est rendre la vie des autres infernale, notamment en entreprise. Accepter d’assumer son imperfection, c’est assumer qui l’on est, et faire preuve de transparence et de sincérité. Accepter que les personnes qui nous entourent soient imparfaites, c’est accepter leur singularité, leur permettre d’ÊTRE pleinement, avec leurs qualités et leurs défauts

« Être heureux ne signifie pas que tout est parfait. Cela signifie que vous avez décidé de regarder au-delà des imperfections. » Aristote

  1. Elle vous donne le courage d’oser. En acceptant d’être imparfait, vous acceptez d’être vous-même. Vous gagner en confiance en soi et en capacité d’oser.

10. L’émotion, un moteur à bien régler au travail.
(Luc Vachez, 5/11/2019)

(En évocation  de la thèse d’ Hélène Monier, “régulations individuelles et collectives des émotions dans des métiers sujets à incidents émotionnels”. )

La chercheuse propose une modélisation théorique des régulations individuelles et collectives des émotions en définissant trois catégories opérationnelles:

1. Les objets émotionnels (par exemple la peur ou la colère des policiers, la contrariété, la  lassitude, face à la violence qu’ils rencontrent.), les outils émotionnels forgés pour travailler ces objets et les effets émotionnels.
2. Les outils émotionnels développés par ces professionnels pour traiter ces objets  comme l’état de vigilance dans lequel se placent les policiers allant perquisitionner un appartement, ou encore la préparation collective d’une intervention à risque. A noter également l’importance des échanges informels et le rôle du collectif de travail comme régulateur émotionnel.

3. L‘effet émotionnel qui est le produit du travail de l’objet émotionnel par l’outil. Il concerne aussi bien la personne que le groupe. L’effet peut être positif  (satisfaction, fierté, …) ou négatif ( retrait, fatigue, …)

À l’heure de l’émiettement des équipes et de l’individualisation systématisée il  est important de noter que le collectif de travail reste un puissant levier de régulation émotionnelle.

 

Bonne lecture et bienvenue dans « Votre futur voulu, RéSolument »

Pour recevoir régulièrement RéSolutions Hebdo

Vous appréciez. Merci de partager.

Vous appréciez. Merci de partager.