The lonesome entrepreneur

La solitude consubstantielle au statut d’entrepreneur

La solitude de l’entrepreneur est à la fois une puissance et une nécessité. Elle est consubstantielle au statut d’entrepreneur. Qui d’autre que lui décidera de son « futur voulu » ? Qui d’autre que lui aura la motivation de mettre en œuvre cette vision ? Qui d’autre que lui trouvera l’énergie pour déplacer les montagnes qui immanquablement se dresseront sur son chemin ? Cet autre s’il vient à exister est justement un entrepreneur qui, tel un raider fondant sur sa proie et ayant pris le pouvoir sur votre entreprise, vous en aura déposséder.

Entreprendre est un acte individuel

L’acte d’entreprendre est fondamentalement un acte individuel qui relève et ne peut relever que d’un individu qui par sa seule décision décide de son projet, trouve en lui la motivation à mettre cette vision en œuvre et nourrit l’énergie nécessaire à la réalisation de son projet. Trois dimensions qui font d’un individu un entrepreneur et qui font que « Entreprise » et « Individu » sont intimement liés et que de manière significative libéraux et libertaires se rejoignent sur ce point.

Né dans la solitude, l’acte d’entreprendre n’est pas pour autant un acte solitaire

L’affirmer n’est pas nier le rôle de l’action partagée et de la force et de l’importance de l’équipe. Acte individuel, l’acte d’entreprendre n’est pas un acte solitaire. Il ne trouve ses possibilités de réalisation qu’au sein d’un infini réseau d’acteurs. Il n’en demeure pas moins que l’entrepreneur porte seul la responsabilité de son projet. Il le doit d’autant plus que son projet est « le futur voulu » par lui. La notion même de futur voulu implique cette responsabilité et cette solitude. Qui veut son futur ne peut le déléguer à quiconque ou s’il le fait il abandonne en même temps le choix du futur à son délégataire.

L’entrepreneur vers qui convergent les décisions véritables

Par sa responsabilité dictée par sa mission l’entrepreneur comme le gardien de buts ou le capitaine du navire occupe une place à part. Une place vers laquelle converge l’ensemble des décisions.

Les décisions véritables. Des décisions initiales et fondatrices quant au but assigné à l’entreprise (sa Vision – son futur voulu), aux décisions du choix de l’itinéraire et de ses moyens ( son plan d’action de la mise en œuvre de sa vision) et aux décisions que dictent les imprévus, les obstacles et empêchements aux actions programmées obligeant aux changements de cap, voire d’équipage, de navire, ou même de port d’arrivée. Des changements qui ont permis aux plus téméraires de découvrir et d’investir de nouveaux continents (l’art de la réalisation).

Des changements qui s’imposent inéluctablement en dépit des meilleures organisations de la prise de décision et des meilleurs systèmes de délégation et de responsabilisation des équipes

La solitude du gardien de buts :

Sans pousser trop loin la métaphore, et avec un clignement d’œil à l’endroit de Peter Handke et de son roman «  l’angoisse du gardien de buts au moment du pénalty », l’entrepreneur est, en effet,  pour une large part de sa mission un gardien de buts au sens de porteur des buts, des objectifs et plus largement de la vision de l’entreprise. Il le fera d’autant mieux qu’il occupe une place particulière sur le terrain et au sein de l’équipe.

La solitude du gardien de buts, celui qui a la vue sur l’ensemble du terrain et des joueurs, celui sur qui, en fonction de ses aptitudes à contrer les buts adverses, repose au moins la moitié du score final  et celui sur qui retomberont toutes les critiques, voire les coups, en cas de défaite et qui sera si souvent oublié en cas de victoire.

Les actions décisives se concentrent et convergent vers lui aux moments cruciaux du match. Les moments où les buts se marquent ou pas. Les moments où il faut encaisser les buts ou les défendre. Les moments où après avoir subi une attaque et au mieux après l’avoir repoussé, le gardien des buts relance le ballon et le match en réengageant le ballon et l’équipe à l’attaque des buts là-bas tout au bout opposé du terrain.

RéSolutions par son accompagnement  aide l’entrepreneur à armer cette solitude et à en faire une force.

«  Apprenez à être seul – c’est tout. Et rappelez-vous, une personne qui sait être seule n’est jamais seule. Ceux qui ne savent pas être seuls, sont seuls et isolés » .

 

Vous appréciez. Merci de partager.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.