Quelques éclairages sur une mission de l’ombre : l’accompagnement d’un créateur

 

L’accompagnement d’un créateur est une mission de l »ombre  aux caractéristiques  très spécifiques. doublées d’une forte exigence éthique.

Télérama offre une série de quatre portraits* intitulée « dans l’ombre des créateurs » (1). Quatre portraits (une éditrice de l’édition, une réalisatrice du monde de la musique, un tireur d’épreuves photographiques, un « bidouilleur » de génie qui solutionne les problèmes de plasticiens) sont intéressants à un double titre. Ils aident à dresser le portrait de l’accompagnateur et à analyser la relation qui s’instaure entre lui et le créateur accompagné. Autant d’éléments qui, par analogie, renseignent sur les spécificités et la magie de l’accompagnement d’un entrepreneur.

 

Écoutons-les (extraits de leurs  entretiens avec Télérama)   :

Sur la solitude des créateurs et leur besoin d’accompagnement
  • Edith Fambuena réalisatrice depuis 30 ans de Daho, Zazie, Bashung, Higelin …

«Les artistes authentiques sont tous (…) cernés de doutes et dépassés par leurs créations. »

 

Sur le rôle et la mission de l’accompagnateur 
  • Karina Hocine, Editrice depuis 25 ans et Directrice Générale Adjoint de JC Lattès

« Un très bon éditeur est … un très vieil éditeur.
…le temps qui passe s’emploie à ciseler et à affermir les qualités nécessaires. Attention, bienveillance, confiance, autorité…  C’est vraiment une profession où vieillir n’est pas une souffrance. Bien sûr on n’est pas à l’abri du danger de se ringardiser, mais pour ce qui est l’accompagnement du romancier, qui est au cœur même du rail, l’expérience est véritablement, un atout »

 

  • Voja Mitrovic, tireur pendant 30 ans chez Picto des photographes Cartier Bresson, Marc Riboud, Robert Doisneau, de Koudelka pour sa série sur les Gitans.

« La technique est indispensable mais elle ne suffit pas. Il faut comprendre les intentions  des photographes, leurs univers, leurs visions, les écouter beaucoup, suivre leurs indications.  «  A Voja, cette photo c’est du piano à quatre mains, sauf qu’il y a tes dix doigts, et moi un seul » dédicace de Herri Cartier Bresson. Chez Picto , on disait pour plaisanter qu’une bonne photo  c’est 10 % le photographe et 90 % le tireur. En réalité c’est 50/50. »

 

  • Edith Fambuena,  réalisatrice depuis 30 ans de Daho, Zazie, Bashung, Higelin

« Plutôt que réalisatrice je me définis comme une accompagnatrice ou une sage-femme. La maïeutique, l’art de faire accoucher les esprits. «  Je ne leur impose rien. Je les aide juste à exprimer par eux-mêmes ce dont ils sont capables et dont ils n’ont pas forcément conscience » ? Chaque cas est différent. »

 

 

Sur la posture de l’accompagnateur 
  • Edith Fambuena (réalisatrice)

:« Un enregistrement est un moment particulier, qui peut vite tourner à la bataille d’ego entre un artiste et son réalisateur. A éviter absolument ! David Whitaker m’a dit un jour «  il ne faut jamais trop s’attacher à ce que l’on aime » . En clair, quand un chanteur refuse l’une de mes idées, je dois pouvoir lui en proposer une autre. Rester souple, je suis à leur service, pas l’inverse. Ce n’est pas ma propre émotion que l’on doit entendre dans leurs chansons, mais la leur. Et si elle me touche, c’est bon signe. »

 

  • Karina Hocine (éditrice) :

«  … Cela ne signifie pas que c’est toujours la même chose,… Il y a autant de romanciers qu’il y a d’individus différents »
« Il s’agit, en quelque sorte, d’entreprendre  avec chacun le même voyage, mais en empruntant chaque fois que route qui ne vaut que pour lui : « mon rôle est d’amener l’auteur là où il a des chances de se déployer. Avec le temps on devient moins normatif, et on devine mieux à quel endroit il va falloir appuyer pour aider un écrivain à donner le meilleur de lui-même. »
«Les écrivains ont besoin de fouiller leur caverne, de tout affronter, de ne rien éviter, or cela fait mal. Et ils n’ont pas très envie d’y aller.  Quand pour le romancier il devient trop difficile, voire douloureux, d’aller chercher en lui-même l’endroit d’où la progression créative peut se faire, de le déverrouiller, il revient à l’éditeur de l’accompagner, de l’inciter, de l’aider à franchir l’obstacle. Toujours de lui donner confiance en son talent ». Pour cela pas de recettes infaillibles. L’intuition des forces et faiblesses et besoins de l’auteur est la meilleurs des conseillères. On est différent avec chacun. »

 

L’accompagnement de l’entrepreneur, créateur par excellence

RéSolutions qui accompagne les entrepreneurs tant dans la définition de leur vision que dans leur mise en œuvre, partage dans sa pratique ces témoignages. Des spécificités qui configurent sa  démarche d’accompagnement, ses valeurs et sa posture  auprès de  l’entrepreneur accompagné. Un rôle d’accompagnement qui se révèle très proche des rôles de révélateur, d’éditeur, de réalisateur et de solutionneur mis à jour dans ces quatre portraits.

 

  • Télérama  des 5,12, 19, 26 juillet 2017
Vous appréciez. Merci de partager.