27 juillet 2018. RéSolutions Hebdo

Vous pouvez accédez à la synthèse des articles qui vous est proposée après le sommaire et au texte intégral des articles  en cliquant sur le nom de leurs auteurs.

Certains des articles sont en anglais. Si vous le souhaitez vous pouvez accéder à leur version en français en choisissant « French » dans la fenêtre « Select language » qui apparait dans le bandeau noir vertical à gauche du site.

Si vous le souhaitez vous pouvez également accéder à ce numéro au format PDF

Pour recevoir régulièrement RéSolutions Hebdo


Au sommaire cette semaine

Entreprendre

  1. Le futur du luxe s’engager absolument.
  2. La raison d’être : un objet managérial disruptif.
  3. Customer Success 2.0: Where the industry needs to head.
  4. Les grandes tendances du commerce de demain.

Transformer

  1. Votre projet de changement patine… Et si la culture était en jeu ?
  2. Leveraging teams for successful change.
  3. How your leadership has to change as your startup scales.

Progresser

  1. Écrire pour le Web en 2018: quelle boite à outils idéale ?
  2. An award-winning author use this simple processes to entertain his readers.
  3. Communiquer -Lettre ouverte aux dirigeants.

Synthèse
des articles de la sélection

1.Le futur du luxe s’engager absolument.(Sommet du Luxe, 05/02/2018)

Les nouvelles valeurs du luxe passent par  l’innovation durable et responsable. C’est désormais un incontournable : le luxe ne peut se passer d’éthique et de responsabilité durable et sociale.  Un nouveau profil de consommateurs de luxe émerge : les Social Wearer. Ces jeunes consommateurs, dont le nombre a doublé en cinq ans, privilégient l’éthique et l’environnemental dans leur relation aux marques de luxe.

La nécessité d’actions concrètes et visibles en termes d’Éthique et de Responsabilité Sociale et Environnementale (RSE).
« L’engagement a changé de sens, il doit désormais être tangible et démontrable », La recherche de transparence et de cohérence en termes de prix et de qualité des produits. On est passé du « storytelling » au « storyproving ».

Le prix – ou plutôt la cohérence entre le prix et la valeur perçue – devient aussi un critère qui pourrait toucher de façon négative le luxe traditionnel, surtout quand on voit la croissance des prix des produits de luxe « iconiques » : +55% en six ans pour les sacs à main contre +18% pour l’inflation !

Les consommateurs ont déjà trouvé des alternatives : l’occasion ou la location.


La nécessité d’une expérience plurielle.

L’omnicanal est une réalité : en 2016, 61% des achats de produits de luxe sont impactés par le digital, 42% des achats sont préparés en ligne – avec recherche et comparaison – et 19% sont achetés en ligne.

Être éco et sociéto-responsable permet non seulement d’accroître la notoriété de sa marque mais plus prosaïquement de survivre.

2. La raison d’être : un objet managérial disruptif. (Martin Richer, 17/07/2018)

C’est dans l’avion que le pilote doit-être.

Le concept de raison d’être est la vraie innovation du rapport sur l’entreprise et l’intérêt collectif, remis au gouvernement par Nicole Notat et Jean-Dominique Senard.

Cette notion est nouvelle en droit français mais familière aux anglo-saxons et leur « purpose ». Elle  est la contribution que nous apportons d’une manière unique à toutes nos parties prenantes ; les besoins fondamentaux auxquels nous répondons.

 Elle insère la stratégie au cœur de la gouvernance. On ne peut pas parler de stratégie d’entreprise et réfléchir au futur si on ne dit pas quelle est la vocation de l’entreprise.

Elle renverse le modèle stratégique habituel, qui préconise la définition de la stratégie en fonction de l’environnement de l’entreprise.  Il s’agit de formuler un projet qui vient de l’intérieur de l’organisation, une volonté stratégique issue de la vision de l’entrepreneur, du chef d’entreprise et au-delà, du corps social qui s’y reconnaît.

 Elle incite à un débat fructueux avec les parties prenantes et ancre le projet d’entreprise dans le corps social. 

Co-construite avec les parties prenantes crée une chaîne de valeur solidaire et érige une barrière à l’entrée vertueuses et durables et constitue la meilleure protection contre la désintermédiation.

Le succès durable est dans la cohérence absolue entre l’identité de l’entreprise (ses valeurs, sa culture), sa stratégie (claire et partagée) et sa mission (sa raison d’être) »

3. Customer Success 2.0: Where the industry needs to head.
(Kia Puhm, 07/23/2018)

Revenue expansion from the customer installed base is key and needs a disciplined expansion strategy.

Companies have to consider the holistic potential that their products have on their customers’ business accordingly to cultivate the maturing use of the product.

They have to establish ongoing benefit for customers through strategic partnering and achievement of business objectives that result in expanded product use.

The ultimate aim being to propel the customers’ businesses forward with the use of the product versus simply driving the use of the product.

1. Make adoption as intuitive as possible requiring little to no outside assistance.

2. Retention needs to be focused on customers’ business outcomes.

3. Expansion needs to focus on maturing customer product usage to further grow their business.

Customer Success Managers have to focus on how the product can support the maturity of their customer’s business so that expansion is a natural occurrence. They are are partnering strategically with customers to add value to their business

4. Les grandes tendances du commerce de demain. (Comexposium, 29/06/2018)

Alors que beaucoup ont cru que le e-commerce balaierait le magasin, la frontière entre le physique et le digital n’est plus.  Bienvenue dans le Smart Phygital avec une attention portée au « parcours de vie » plutôt qu’au parcours d’achat, et qui place le sens et la valeur au cœur de ses démarches.

Les cinq tendances identifiées en 2018 :
1. Du parcours d’achat au parcours de vie.
Pour resserrer les liens entre le consommateur,l’hyper-proximité s’impose (magasins plus petits et plus proches des lieux de vie, le marché en plein boom de la livraison aux particuliers, le digital qui une extension du magasin chez soi.)
2. L’âge conversationnel commence vraiment. De plus en plus intelligents, les assistants conversationnels (en voix naturelle de plus en plus) proposent de nombreux services pour devenir des plateformes de commerce et des partenaires de vie.

3. Du customer care au healthy manufacturingEn plus du combat sur le bon et de l’utile, s’ajoute celui du sain et de l’éthique.

  1. Big data, safe data et sale data ? Jusqu’où sommes-nous prêts à livrer de notre vie privée en livrant nos data ? Sommes-nous réellement prêts à disposer d’un service dégradé ou arrêter d’en utiliser certains ?
    5. Le nouveau discount branché. Il devient possible d’industrialiser la personnalisation de chaque objet ou de chaque produit. Chacun accède à un produit unique au prix d’une production de masse. Le « nouveau discount branché » s’affirme comme une manière de séduire une génération dont les moyens financiers sont inversement proportionnels à son pouvoir d’influence.

5. Votre projet de changement patine… Et si la culture était en jeu ?
(Catherine Néran, 08/05/2018)

Dans toute organisation 3 éléments agissent en interaction :

1. Les dispositifs organisationnels (le plan stratégique, le cadre du travail, la GPEC, les systèmes d’information, les moyens.)

  1. Les jeux individuels par lesquels les personnes ou les groupes visent à mieux faire valoir leurs propres valeurs et intérêts.
  2. La culture interne : l’ensemble des valeurs partagées ou du moins acceptables par chacun . Elle cimente le groupe. Elle est sa base de mode de vie en commun.

Trop souvent un manque de synchronisation  apparaît entre les dispositifs organisationnels, les jeux de pouvoir et la culture interne, ce qui précipite les conflits.

Toute stratégie radicale commence par une évaluation intransigeante, lucide et impartiale du degré d’harmonie entre l’organisation, son environnement actuel et ses circonstances futures prévisibles 

Identifier la culture existante nécessite de s’intéresser aux processus sociaux présents . Quelles sont les attentes de la direction, des encadrants et des collaborateurs ? Quelles sont les valeurs et croyances vécues en interne ? Quels sont les comportements et les aptitudes essentiels à la promotion interne ? A quel point les collaborateurs se sentent engagés dans le projet ?

Dans un second temps, il s’agit de définir la structure et la culture souhaitée, qui doivent s’ancrer dans les valeurs actuelles et qui soient compatibles avec les caractéristiques contextuelles de l’environnement.

6. Leveraging teams for successful change.
(Kiersten Rippeteau, 07/09/2018)

A team’s performance elements are its expertise, engagement, and execution needs.

Here are some tips for preparing for changes to any of these elements during change.

  1. When a team’s required expertise changes, it can create anxiety. Team members will start to recognize their current skills are incongruent with the changes being discussed. Without the facts, they are likely to make inaccurate and counter productive assumptions.

Getting in front of those assumptions and communicating plans for supporting new required expertise will lessen anxiety and reduce assumptions.

  1. A change initiative may also require a shift in the team’s engagement : who they are engaging with. Changing who you’re asking people to engage with daily can be among the most difficult changes for people to accept and comply with because they value the relationships with people they’re used to communicating with. Define effective communication channels can be created and implemented using organization design practices.
  2. A team’s execution needs are simply what they need to execute their day-to-day operations. involving representatives from impacted teams from the onset is important. They don’t need to be decision makers, per se, but at the very least they should be given the opportunity to provide feedback or even test the change in a simulated environment.

7. How your leadership has o change as your startup scales.
(Jeffrey Hull, 07/2018)

Many startup CEOs adopt a “visionary entrepreneur” leadership style. They set out a broad vision, provide lofty goals, and model an ambitious work ethic. And at its first stage in a company’s growth, it generally works. Just being close to the founders tends to motivate and inspire young staff with the feeling  that they belong to a special “club.”

Yet keeping enthusiasm up as the company grows is difficult, especially as the direct link between founders and employees becomes less tangible or less possible.

You have at this stage to shift your mindset from “startup” to “scale up.” The latter requires balancing the “push” mode of leadership (tell, direct, delegate) with a “pull” approach (empower, collaborate, coach), which has been shown to generate greater commitment in staff members no matter their age or the size of the company.

  1. Listen more.shift from directing to coaching. Listen rather than tell.
  2. Align employee and business goals. Shift from purely directive goal setting to a reciprocal process that links the growth of the business with the growth of the individual. Ask employees to reflect on their personal goals and find ways to incorporate them into business initiatives.
  3. Create two-way feedback loops. “How are you doing, and how am I doing?” in biweekly one-on-one meetings with staff members.
  4. Build peer-to-peer networks. They help break down silos, broaden awareness and sensitivity to other groups’ goals and needs , and avoid building a finger-pointing culture, addressing employees’ needs for relatedness, autonomy, and personal growth.

8. Écrire pour le Web en 2018 : quelle boite à outils idéale ?
(J.L Raymond, 20/07/2018)

  1. Plus un titre d’article est court, plus il percute : 5 à 7 mots idéalement,
  2. Sur la page d’accueil du site ou de la rubrique, l’accroche d’un article se doit d’être brève : 25 mots maximum, souvent moins.
  3. Pour le contenu d’un billet grand public, visez une moyenne de 12/15 mots par phrase
  4. Porte d’entrée vers le contenu, chaque intertitre doit refléter le(s) paragraphe(s) suivant(s) et ils seront d’autant plus aisés à survoler et percutants qu’ils sont courts.
  5. Sur Facebook : jouez la connivence et personnifiez vos messages : « on piaffe d’impatience » avant un évènement marquant, « Que d’émotions! » après un prix remporté, « On adore, pas vous ? » etc. Humanisez votre entreprise en montrant les coulisses, le making of, voire vos péripéties,
  6. Sur Twitter : convoquez ces quelques basiques : choisissez le bon angle, écrivez en fonction de l’image, jouez sur la proximité temporelle, concentrez-vous sur les faits, placez l’essentiel d’abord, trouvez le mot juste, rythmez vos tweets…
  7. Pour choisir un bon hashtag : simple pour être mémorisé rapidement, court pour éviter de prendre trop de place, ciblé mais utilisé par d’autres pour accroître ses chances d’être repéré lorsqu’il s’agit d’un thème ou qualificatif générique. Restreindre l’utilisation des hashtags à 1 ou 2 par tweet,

8. Pour choisir des emojis dans un message de réseau social : observez les usages dans les univers proches du vôtre ; ceux-ci doivent être signifiants, pertinents et cohérents avec votre message ; faites réagir vos collègues pour vous assurer que le message sera bien reçu.

9. An award-winning author use this simple process to entertain his readers.
(Glenn Leibowitz, 07/21/2018)

What does the Britain’s most prestigious writing award winner George Saunders  recommend writers do?

« My method is: I imagine a meter mounted in my forehead, with ‘P’ on this side (‘Positive’) and ‘N’ on this side (‘Negative’). I try to read what I’ve written, the way a first-time reader might. Where’s the needle? Accept the result without whining. Then edit, so as to move the needle into the ‘P’ zone. Enact a repetitive, obsessive, iterative application of preference: watch the needle, adjust the prose, watch the needle, adjust the prose. » He compares himself to an optometrist, who is always asking: Is it better like this? Or like this? »

« The result of this laborious and slightly obsessive process is a story that is better than I am in ‘real life’. And what a pleasure that is; to be, on the page, less of a dope than usual. »

It’s about respecting his reader, and creating a connection with her. “Revising is a form of increasing the ambient intelligence of a piece of writing. This, in turn, communicates a sense of respect for your reader. As text is revised, it becomes more specific and embodied in the particular. It becomes more sane. It becomes less hyperbolic, sentimental, and misleading. It loses its ability to create a propagandistic fog. Falsehoods get squeezed out of it, lazy assertions stand up, naked and blushing, and rush out of the room.”

« You revise your reader up, in your imagination, with every pass. You keep saying to yourself: ‘No, she’s smarter than that. Don’t dishonor her with that lazy prose or that easy notion.’ And in revising your reader up, you revise yourself up too. »

10. Communiquer – Lettre ouverte aux dirigeants.
(Jeanne Bordeau, 23/07/2018)

Vous vivez à une heure où tout ce que vous pourrez dire sera retenu contre vous. La traçabilité règne. Les ordinateurs possèdent une mémoire. Fini le temps où le Directeur de la Communication signait un Bon à Tirer pour autoriser tout message. À présent, c’est à chaque seconde qu’une entreprise écrit et s’engage, au fil d’une communication partagée avec des publics sur la toile.

Vous avez à tout moment à affronter des situations de communication et d’écriture diverses et inédites. C’est une opportunité jamais rencontrée jusqu’alors. Vous avez la possibilité de construire un lien durable avec les publics de votre entreprise. Vous devez à présent muscler votre langage, par des preuves et de la clarté. Il est important de vous connaitre vous-même, pour que votre identité reste cohérente face aux situations plurielles que vous devrez dans une même journée aborder.

Vous devez rester auteurs et source de cette immense conversation.

Vous devez être non différent mais unique  et authentique et rendre votre parole précieuse en la plaçant là où elle doit être, en veillant  à apporter des informations et de l’émotion. Votre authenticité sera transportée dans le quotidien par vos collaborateurs qui sont vos ambassadeurs.

 

 

Vous appréciez. Merci de partager.